La migration vue par le CAI

2 septembre 2020

La migration est un droit fondamental garanti par l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme :  « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État » et que « Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son « pays ». [1]

Depuis la constitution des Etats-Nations (1850-1914) et la création des frontières, la mobilité humaine est restreinte. Pourtant, les croissantes inégalités sociales dans le monde, l’augmentation des conflits armés, le dérèglement climatique qui bouleverse les habitats naturels de millions de personnes, la pression sociale et le manque d’avenir pour les jeunes sont des facteurs qui semblent s’imbriquer les uns avec les autres pour créer une tendance à l’augmentation des migrations. Si cette course effrénée vers la rentabilité en détriment de l’humain, de la nature et de la coexistence pacifique entre tous ne s’arrête pas, nous continuerons à voir des flux migratoires se succéder, avec un solde toujours plus important de victimes en mer et ailleurs.

Et la société d’accueil dans tout ça ? Aujourd’hui, certains courants d’opinion conditionnent les citoyens à développer du rejet et de la méfiance de celui qui a dû fuir son pays en guerre ou de celui qui a entrepris un parcours périlleux pour pouvoir offrir une vie digne à sa famille, et le désignent comme le coupable de tous les maux de la société.
Déconstruire les préjugés sur les migrants passe par de la formation, de l’information à destination des professionnels qui travaillent directement avec les personnes étrangères et de la sensibilisation des citoyens à l’interculturalité. Ce sont les défis que le C.A.I. relève au quotidien pour contribuer à une meilleure intégration des personnes étrangères.

A ce titre, le C.A.I. propose une vaste offre de formations, conférences et activités autour des migrations, leurs causes, leur histoire et leur actualité 
Vers les formations et les séances d’informations

Liens utiles
Myria, centre fédéral Migration
CEDEM, Centre d’études de l’ethnicité et des migrations – Ulg
GERME, Group for Research on Ethnic Relations, Migration & Equality
CIRE, Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers

Personnes de contact  :
Liliana Gomez
Juliette Lavency

[1Cependant, deux formes de migration peuvent être exclues de cette large définition : le tourisme et le transfert de réfugiés.